"If people aren't calling you crazy, you aren't thinking big enough." Richard Branson

*

*

samedi 12 novembre 2011

Le resto du weekend : Ciasa Mia ou la cuisine avec Amour

Il y a quelques hivers de cela, dans une petite rue aux abords de la Piazza Navona, j’ai rencontré mon restaurant idéal : The Library.


Il avait tout ce dont on peut rêver d’un resto : un décor chaleureux éclairé à la bougie, une ambiance douce et cosy, un nombre restreint de tables, un accueil aux petits raviolis, des produits de choix et d’exception, des vins et liqueurs s’accordant parfaitement avec une cuisine à tomber amoureux, littéralement.

Image by  mptvimages.com
Autant vous dire que les adieux furent déchirants. De retour de mes vacances romaines, je me mis donc en quête d’un restaurant qui lui ressemblerait un tant soit peu, dans la capitale de la gastronomie française : Paris. On a tous cherché ce petit restaurant intime où amener son date pour être sûr(e) de la/le charmer, ce petit endroit qui deviendrait le vôtre, et où il ferait toujours bon aller. Malheureusement, point de petit restaurant intime et romantique dans cette grande capitale, où les verres de cantine duralex (j’ai 4 ans !?) et l’ambiance brasserie sont venus phagocyter nappes blanches et chandelles.

En quête d’un restaurant où dîner sur mon site « bons plans restos », à savoir LaFouchette.fr pour les non-initiés, j’ai vite remarqué ce nouveau petit restaurant italien, que tout le monde adore. En ce long weekend, et une résa en ligne plus tard, nous voici place du Panthéon :


…enfin plutôt près du Panthéon parisien, dans la charmante rue Laplace (où il est impossible de se garer, cela ne s’invente pas) :


La porte à peine poussée, Francesca vient nous accueillir avec un grand sourire, nous présente menu du jour et carte des vins (très originale, dans laquelle sont insérés de véritables bouchons). Tant charmés par le cadre que par notre hôtesse, les pensées un peu ailleurs, nous nous laissons séduire par l'intitulé du plat du jour, soit des pâtes fraîches maison, ses 4 grammes de truffe blanche, son consommé de poulet et émulsion de parmesan biologique (ou quelque chose comme cela, dit avec un charmant accent italien, on oublie vite). Normalement parmesan + truffe = Saturday night fever du palais !


Le vin conseillé par la maîtresse de maison (Montefalco 2008) s'avère être d'un fruité sublime, et les deux amuses-bouches gracieusement offerts par le chef plus surprenants les uns que les autres. Quand la petite corbeille en tissu remplie d'une focaccia maison et d'un pain au cumin encore chauds succède aux grésins maison, on se dit qu'on n'est pas tombés chez n'importe qui (petit conseil du soir : le pain est très révélateur de la qualité d'un restaurant, alors ne l'oubliez pas). Et quand arrive le plat, on tombe définitivement amoureux:


Deux grands losanges arrivent, remplis de pâtes fraîches et savoureuses, avec truffe blanche râpée au gramme près, grâce à la balance électronique amenée par Francesca. Car non, on ne peut pas mentir en matière de cuisine. Un plat fait sans amour, c'est mauvais, point à la ligne.

Une cuisine faite avec amour, fraîcheur et de bons ingrédients, ça fait tomber en amour, comme disent si bien les Québécois. Je pense notamment à cette scène de Eat, Pray, Love tournée chez Da Michele à Naples, où j'ai mangé la pizza la plus méritée ever, mais c'est une autre histoire:


La dernier acte fut composé de :
- Une bouchée d'apple strudel gracieusement offert (pourquoi se limiter à la gastronomie italienne après tout, si elle est si bien faite?)
- Une cuillerée de glace maison au sapin, avec les compliments du chef, soit la découverte du soir. Une vraie forêt qui crépite à l'intérieur de ta bouche de petit lutin, toi qui n'a même pas encore pensé à tes cadeaux du mois prochain
- Un tiramisu revisité et monté minute, avec glace de mascarpone et délicate émulsion de café


- Et enfin un limoncello avec un petit je-ne-sais-quoi en plus.

Certes, la douloureuse le fut un peu pour mon petit porte-monnaie de jeune demoiselle (la faute au sortilège du plat du jour et de sa trop rare truffe blanche, dont nous avons oublié de demander le prix...), mais compte tenu de la douceur du moment passé, et de tout l'amour reçu, on se contentera de repartir avec un sourire béat.


Encore bravo et merci à Samuel et Francesca (nom du menu, c'est ti pas meûgnon) d'avoir créé un petit coin d'amour à l'italienne en plein milieu de ma ville.

Image by  Ciasamia.com
Plein de bonheur,

Isabliss

Adresse: Ciasa Mia, 19 rue Laplace, 75005 PARIS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire